Le meilleur entrepreneur peut être trouvé au sein de votre entreprise

Quelques conseils pour investir en Afrique
20/03/2018
Les femmes aux postes de direction : agents de changement
20/03/2018

Jusqu’à récemment, les cadres supérieurs croyaient que tout ce qu’il leur restait à faire pour promouvoir l’entrepreneuriat au sein de leur entreprise était de poursuivre leur propre recherche de nouvelles occasions d’affaires. Aujourd’hui, la tendance est de partager cette responsabilité avec l’ensemble de l’organisation, et les cadres dirigeants n’ont plus le rôle de “chasseurs” de nouvelles opportunités d’affaires. Aujourd’hui, ils agissent en tant que coordinateurs et promoteurs, ce qui permet aux employés de rechercher ces opportunités.

Toutefois, pour que le cadre de direction puisse réussir sa transition vers ce nouveau rôle, il faut remplir certaines conditions. Cela signifie parfois qu’il faut rompre avec les vieilles habitudes qui étouffaient la créativité au sein de l’entreprise.

1) Rechercher, trouver et faire confiance aux talents internes.
Cadres intermédiaires, collaborateurs en contact avec les clients… Ce sont des personnes qui, grâce à leur connaissance de l’entreprise et des besoins des clients, peuvent potentiellement découvrir de nouvelles opportunités. Il s’agit de les trouver et, si l’idée est valable, de fournir un soutien pour les développer. Ne pas passer au peigne fin l’organigramme pour rechercher ces profils pourrait laisser la porte ouverte aux intrapreneurs potentiels pour quitter l’entreprise.

2) Sortez le périscope et scannez l’horizon.
Nous sommes déjà à la recherche d’idées au sein de l’organisation. La seconde tendance conduit certaines entreprises à sortir le périscope et à balayer l’horizon au-delà de leur propre secteur et marché. Certaines multinationales se sont installées dans des régions comme la Silicon Valley, un foyer d’idées commerciales, bien qu’elles ne fassent pas partie du secteur technologique. Ce sont des centres d’innovation, des points d’observation qui apportent des idées aux personnes qui travaillent sur le cœur de métier de l’entreprise pour voir si elles sont applicables pour ajouter de la valeur. Volkswagen, BMW, Renault-Nissan et General Electric capitalisent déjà sur leurs centres californiens pour innover dans leurs activités respectives.

3) Débarrassez-vous de la boîte à suggestions et consacrez du temps aux nouvelles idées.
Quiconque pense encore que la boîte à suggestions est un moyen de stimuler l’innovation se trompe. Les bonnes propositions ne parviennent pas jusqu’aux centres de décision où elles pourraient être évaluées et, si elles sont valables, recevoir le feu vert pour aller de l’avant.
Un nouvel état d’esprit est nécessaire et l’organisation devrait savoir que les managers passeront du temps à analyser les idées et les propositions. Il existe plusieurs façons de mener à bien ce processus, mais la clé est de faire savoir aux employés que leurs propositions sont prises au sérieux. Remplacez ces vieilles boîtes à suggestions poussiéreuses par du temps et des commentaires. Qualcomm organise son Venture Fest, dans lequel les propositions sont initialement soumises aux critères d’experts externes.

4) Susciter l’enthousiasme pour obtenir le soutien de la haute direction et des employés.
Un nouveau projet devrait enthousiasmer les gens. Il peut s’agir des chiffres compilés pour calculer la viabilité et le rendement de l’entreprise. Un défenseur présente un projet bien documenté et il est intéressant de voir le nombre d’appuis qu’il trouve. S’il n’y en a pas, ce n’est peut-être pas le moment. Mais si cela suscite l’intérêt de la haute direction et des employés, leur implication personnelle sera la clé de la réussite du projet.

5) Soutenir le lancement et surmonter les obstacles : ne jeter pas l’éponge.
Sur le papier, tout a l’air bon, mais dans la phase de lancement et de mise en œuvre d’un projet, il y a toujours des difficultés qui pourraient potentiellement paralyser l’équipe chargée de relever le défi. Une pratique efficace consiste à faire parrainer le projet par un membre du conseil d’administration qui soutient et oriente les intrapreneurs. Avec leur entreprise globale, ils peuvent apporter des idées, des ressources potentiellement inconnues, faciliter la formation nécessaire (l’IESE développe des programmes axés sur la satisfaction des besoins qui apparaissent généralement à cette phase du projet), etc. Il s’agit de ne pas jeter l’éponge face aux difficultés.

6) Oubliez les anciens modèles d’évaluation de développement de projet. Cela signifie qu’il faut changer certains paradigmes qui peuvent sembler appropriés, mais dont l’application dans ces cas bloquerait le développement d’un projet. En fait, nous ne pouvons pas nous en tenir au plan initial. Il y a des dizaines de circonstances qui, dans une plus ou moins grande mesure, ont éloigné le projet de sa feuille de route initiale. Cela ne veut pas dire qu’il a perdu sa direction : les nouveaux projets sont toujours susceptibles de subir des changements majeurs. Pour cette raison, les paramètres d’évaluation de leur développement ne devraient pas être liés au respect des délais et des budgets. Il y a d’autres facteurs qui, s’ils sont pris en compte, peuvent donner de nouvelles occasions à un projet de devenir une meilleure occasion d’affaires que ce qui a été présenté dans le projet initial.

Article écrit en anglais par
Hakan Ener, assistant professeur au département d’entreprenariat à l’IESE de Barcelone et traduit par le service communication de MDE
http://blog.iese.edu/entrepreneurship/2015/06/04/find-entrepreneurs-inside-your-company/