fbpx

Amélioration de l’efficacité de l’administration ivoirienne : la première promotion Public-AMP en immersion au Canada

Photo de famille
14 chefs d’entreprise formés en Gestion Financière
28/09/2018
Quelles sont les erreurs qui tuent votre Startup? #1 fondateur unique
30/11/2018

MDE Business School et l’ENAP du Québec ont conçu le Public-Advanced Management Program (P-AMP), un programme visant à contribuer à la transformation des Hauts Fonctionnaires de l’Etat et à leur donner les outils pour assumer le leadership et les charges à fort impact sur la société, attendus d’eux.

Amélioration de l’efficacité de l’administration ivoirienne : la première promotion Public-AMP en immersion au Canada

Le curricula du Public-Advanced Management Program (P-AMP) se déroule en deux étapes importantes sur une durée de huit mois, à savoir des sessions mensuelles de deux à trois jours à Abidjan et une session résidentielle d’une semaine à l’ENAP au Québec.

Lire aussi – Martin Frigola : “En 2018, nous avons prévu deux nouveaux programmes”

Du 23 au 27 juillet 2018, la promotion pionnière composée de 34 hauts fonctionnaires de l’Etat ivoirien (Directeurs de cabinets, Chefs de Cabinet et Conseillers de ministres ; Directeurs généraux d’entreprises d’Etat et directeurs centraux de l’administration publique etc) a séjournée au Québec où elle a pu confronter son expérience de la gestion administrative ainsi que les outils théoriques reçus à Abidjan dans le cadre de  la formation, à ce qui est fait réellement  sur le terrain au Québec, l’une des administration publique les plus performante au monde.

Très bien agencé, l’agenda de la session du Québec a démarré véritablement avec le « Regards croisés: Côte d’Ivoire – Canada (Québec) » de Reine Bernadette Youan, Adjointe exécutive du sous-ministre adjoint responsable de la performance organisationnelle au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, elle-même Alumni de l’ENAP. Sa présentation qui a, pour ainsi dire, donner la configuration de l’administration québécoise a fait apparaître que l’appareil administratif québécois comprend une vingtaine de ministères formant la structure de base de l’organisation gouvernementale. Plusieurs organismes œuvrent sous la tutelle des ministères  régis par différentes lois. Reine Bernadette Youan a indiqué aussi que la relation avec la hiérarchie, dans l’administration québécoise est caractérisée, entre autres, par la politique de porte ouverte et la formation de la relève.

Une loi sur l’administration publique définit les objectifs à atteindre. Parmi ceux-ci, la qualité de services aux citoyens; le cadre de gestion axée sur les résultats (avec pour obligation : un  plan stratégique, rapport annuel de gestion, déclaration de services aux citoyens,…); le respect du principe de transparence; le rôle des parlementaires dans l’action gouvernementale et leur  contribution à l’amélioration des services aux citoyens.

La culture de performance en continue, de reddition de comptes et d’imputabilité constitue en quelque sorte l’épine dorsale du fonctionnement de cette administration. Des organismes tels que la Commission de l’administration publique (Cap) le Vérificateur général (Vg) le Protecteur du citoyen, les média et les mêmes citoyens veillent à la qualité du service public.

Lire aussi – Administration publique : MDE business school veut former les cadres

Au total, le succès et l’efficacité de l’administration québécois sont basés, selon  Reine Bernadette Youan, sur la force des Lois dans l’administration publique; le respect des institutions et des normes; la primauté du droit qui  fait en sorte que nul ne peut se soustraire aux lois.

Stratégie numérique du Québec

A l’instar de tous les pays développés le Canada et en particulier le Québec fait de la digitalisation de l’administration et de tous les services public une priorité. La stratégie numérique du pays est pensée en tant que  « projet de société mettant le numérique au service de la personne et du bien commun. », selon, Christiane Langlois, directrice générale des orientations gouvernementales en ressources informationnelles du Secrétariat du Conseil du Trésor et Gérald Nadeau, directeur de la vision et des orientations numériques au bureau du dirigeant principal de l’information du Secrétariat du Conseil du trésor. Cette stratégie numérique s’articule autour de 7 orientations stratégiques misent en œuvre par des plans d’action sectoriels et des actions structurantes; 7 cibles ambitieuses et mesurables sur 5 ans et des objectifs spécifiques à chaque orientation. Par exemple, au niveau de l’éducation, l’enseignement supérieur et le développement des compétences numérique pour tous, le Québec se fixe l’objectif d’être parmi les chefs de file dans les cinq ans à venir. Au niveau de l’administration publique, la stratégie numérique du Québec prévoit, entre autres, de repenser les services existants et concevoir de tout nouveau service pour offrir une expérience numérique centrée sur la personne, à savoir, offrir une expérience utilisateur personnalisée, proactive et simplifiée ; permettre à la personne d’influencer les décisions de l’État ; faire en sorte que le citoyen soit en maîtrise de ses renseignements personnels. Pour atteindre tous ces objectifs un Conseil du numérique composé d’experts du domaine ayant pour mission de conseiller le gouvernement sur les grandes priorités du numérique au Québec et sur la mise en œuvre de la Stratégie numérique et des plans d’action qui en découlent, mobiliser un plus grand nombre d’acteurs pour accentuer le virage vers une société plus numérique est prévu. La Stratégie numérique du Québec couvre la période 2017-2022.

La gestion de la performance

S’améliorer en continue, projet après projets, année après année telle est l’autre préoccupation majeure de l’administration du Québec. Nikolas Ducharme, sous-ministre adjoint, responsable de la performance organisationnelle au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports a résumé le processus de gestion de la performance en cinq points clés : s’engager, réaliser, rendre des comptes, s’améliorer, se projeter.

Lire aussi – Côte d’Ivoire / Présentation du nouveau programme de formation de haut niveau du MDE Business school au profit des managers de l’administration public

Gérer la performance, selon lui, c’est exercer son leadership, prendre les devants, prendre un certain nombre de risques, d’animer, de diriger un certain nombre de changements. « Lorsqu’on exerce un leadership en matière de performance, on continuellement a la recherche de nouvelle solution pour aligner l’organisation sur ses finalités, c’est-à-dire ces objectifs qui sont la valeur publique escomptée. », a indiqué Nikolas Ducharme. Cela implique aussi qu’on  est engagé à travailler continuellement sur la réduction des couts et l’augmentation de la qualité, c’est ce qui sera de plus en pertinents pour les citoyens, efficace qui livrera la marchandise.

David Ya, envoyé spécial à Québec, Canada