PLD article 1
PLD 2017 : Comment passer d’une idée à une opportunité d’affaires ?
08/08/2017
PLD 3
PLD 2017 : L’importance du management des opérations
08/08/2017

La journée du 27 juillet a porté exclusivement sur l’efficacité personnelle. Les participants du PLD ont eu l’occasion de passer en revue différents aspects tels que la connaissance de soi et la maîtrise de soi, l’influence du tempérament sur la conduite et la communication, les styles de management : exercice Keirsey. Le Prof Chantal Epie, de la Lagos Business School, nous a fait comprendre que pour diriger, les compétences techniques seules ne suffisent pas. Il faut apprendre l’art managérial qui comprend la négociation, la stratégie, la communication écrite et orale, l’écoute. Il faut aussi des qualités de manager à savoir le leadership, la probité, avoir du caractère.

Elle a expliqué que la courbe de l’efficacité se décline en 3 points : la dépendance (vous), l’indépendance (je) et l’interdépendance (nous). La dépendance emmène à rejeter la faute sur les autres. On ne prend aucune responsabilité personnelle et on adopte une attitude passive. L’indépendance entraîne l’acceptation de la responsabilité personnelle, les prises d’initiatives, une vision personnelle. Les tâches sont réalisées grâce à l’effort personnel. L’interdépendance, enfin, suppose la collaboration en vue de la réalisation des tâches, la responsabilité personnelle et le leadership, la prise d’initiative et le partage de la vision. Chantal Epie a fait remarquer que les situations d’indépendance et d’interdépendance dépendent parfois des circonstances. Mais qu’il est important d’éliminer certaines expressions du langage habituel telles que : « si seulement les choses étaient différentes…, », « je n’ai pas le choix. » ou encore « je n’ai pas pu m’en empêcher. » Pour elle, il y a toujours des options qui peuvent être bonnes ou mauvaises mais ce sont des options. Faire donc attention à la manière de penser qui peut laisser des traces dans notre cerveau et conditionner en quelque sorte notre manière habituelle de raisonner.

Ensuite, elle a parlé de la constitution humaine qui est faite de différents aspects. Il y a l’aspect physique qui prend en compte la vie, la santé et la sécurité ; l’aspect affectif à savoir aimer et être aimer ; l’aspect mental et intellectuel qui fait référence à l’apprentissage et au développement personnel et enfin l’aspect spirituel qui englobe tous les autres et qui concerne la conscience, la liberté et la responsabilité. Tous ces aspects doivent être développés de façon équilibrée.

Elle a ensuite développé les qualités pour une bonne maîtrise de soi. La connaissance de soi passe par la réflexion personnelle et l’avis des autres sur nous. Ensuite, il y a l’intelligence et la perspicacité, la vision et l’imagination, la probité et les normes éthiques, le fait d’avoir du caractère et enfin la motivation.

Elle a également défini 4 règles du comportement :

  • Réfléchir avant d’agir et jauger les options,
  • Être juste avec tous,
  • Evaluer la récompense (en fonction du résultat attendu) et être disposé à payer le prix
  • Faire toute chose avec mesure

Le tempérament a une influence sur la conduite et la communication. Il convient de contrôler le cerveau émotionnel. Le cerveau rationnel aide à penser et à réfléchir. Le tempérament est une réaction émotionnelle. Le caractère suppose des actions. C’est ce qu’on fait du tempérament.

Cette journée a été l’occasion pour tous les participants de se connaître à travers des tests qui permettent la réflexion, différents jeux de rôle et apprentissage et l’exercice du feedback avec la fenêtre de Johari.